Dépression

Dépression

Troubles dépressifs

Le saviez-vous ?

"Se sentir déprimé" n'est pas toujours synonyme de dépression.
Se sentir déprimé, manquer d'allant, avoir une baisse de moral, éprouver un mal-être ne sont pas une dépression véritable dans la mesure où ils surviennent en réaction à des évènements de vie et sont transitoires.

Selon l’OMS, la dépression va devenir d’ici 2020 « la pathologie la plus invalidante », juste après les troubles cardiaques.

La dépression, c’est quoi?

La dépression appelée dans le langage courant "dépression nerveuse" ne désigne pas un simple coup de déprime ou une tristesse passagère mais une véritable maladie psychique.

Elle se caractérise par des perturbations de l'humeur (tristesse, perte de plaisir). L'humeur dépressive entraîne une vision pessimiste du monde et de soi-même. Elle dure plus de deux semaines et retentit de manière importante sur la vie quotidienne (perte du sommeil, troubles de l'appétit et du désir sexuel, perte des performances intellectuelles, isolement...)

La volonté seule ne permet pas de s'en sortir. C'est pourquoi elle doit être soignée pour ne pas se compliquer ou devenir chronique.

Les symptômes de la dépression

La dépression se caractérise par une association de symptômes, différente d'une personne à l'autre. Dans tous les cas, ces symptômes, plus ou moins sévères, sont présents presque chaque jour, durent au moins deux semaines, sont source de détresse et ont un retentissement professionnel, social et familial. On parle alors d'épisode dépressif caractérisé et non de simple "déprime" ou réaction dépressive passagère.

Lors d'un état dépressif, la personne se plaint d'au moins deux symptômes parmi ceux-ci :

  • une tristesse constante, une humeur dépressive qui dure presque toute la journée et qui se répète pratiquement tous les jours depuis au moins deux semaines. Elle peut s'accompagner de pleurs ;
  • un abattement et une perte d'intérêt et de plaisir pour des activités du quotidien et aussi pour les activités habituellement agréables ;
  • une réduction de l'énergie ou une fatigabilité anormale. La personne souffre d'une fatigue intense, souvent dès le matin et a l'impression de manquer d'énergie en permanence. Cette fatigue n'est pas améliorée par le repos ou le sommeil.

D'autres troubles (au moins deux) sont présents dans la dépression :

  • une dévalorisation de soi, une perte de confiance en soi et d'estime de soi, un sentiment d'inutilité ;
  • un sentiment d'inutilité et une culpabilité excessive et injustifiée ;
  • une vision du futur et de la vie très négative avec des perspectives pessimistes ;
  • des pensées autour de la mort en général, et parfois autour du suicide ;
  • une diminution de la capacité de concentration, d'attention et de mémorisation ;
  • une dégradation du sommeil. Il devient peu réparateur, souvent trop court avec des réveils précoces, le matin ;
  • une perte de l'appétit qui peut entraîner un amaigrissement.

La dépression peut retentir sur l'organisme et être responsable de douleurs multiples, de perturbations sexuelles avec perte du désir et du plaisir sexuel, d'un ralentissement de l'activité ou au contraire d'une agitation.

La personne dépressive n'a pas toujours conscience de sa maladie et c'est l'entourage ou le médecin au cours d'une consultation qui évoquent le diagnostic d'épisode dépressif.

Tristesse quasi permanente,

Perte de libido

Les origines de la dépression

La dépression est le résultat de plusieurs mécanismes encore mal connus. On distingue divers facteurs favorisant sa survenue :

Situations et évènements de la vie en cause dans la survenue d'une dépression

  • Des situations et des événements de la vie, remontant parfois à l'enfance, peuvent favoriser la survenue d'unedépression :
  • Relations perturbées avec les parents, traumatisme sexuel, expériences difficiles, etc ;
  • Décès d'une personne proche. L'état de deuil est une réaction psychologique à la perte d'un être cher. Cette réaction douloureuse, mais "normale", peut cependant se compliquer d'un véritable épisode dépressif caractérisé ;
    • Perte de son emploi ;
  • Séparation ;
  • Conflit familial ou professionnel…

Vulnérabilité d'origine génétique

Certaines personnes exposées à des événements difficiles ou à des problèmes de santé physique ne font pas de dépression et certains individus font une dépression sans motif apparent.

Cette vulnérabilité est en partie génétique. Ainsi, une personne dont l'un des parents a fait une dépression a deux à quatre fois plus de risque d'être dépressive au cours de sa vie. Certaines variations génétiques associées à cette vulnérabilité ont été identifiées.

Cependant, cette vulnérabilité ne s'exprime le plus souvent qu'en présence d'un vécu difficile (abandon, violences, abus sexuel...) dans le passé ou de facteurs environnementaux défavorables. Cette interaction entre les gènes et l'environnement est déterminante dans la compréhension du mode de survenue de la dépression.

Des facteurs neurobiologiques perturbés

Lors de troubles dépressifs, le fonctionnement du cerveau est perturbé. Les neurotransmetteurs présentent des anomalies dans leur fabrication et leur régulation.

Les réponses physiologiques du système nerveux face au stress répété ou chronique sont également altérées.

L’âge

Guérir de la dépression

On entend par guérison le retour sur une longue durée du moral habituel d’un individu dépressif. Pour y parvenir, il doit suivre un traitement thérapeutique et médicamenteux. Le traitement est adapté selon le degré d’intensité de la dépression qui peut être légère, moyenne ou sévère.

Chaque cas est unique, ce qui peut nécessiter l’intervention de différentes thérapeutes. En général, une dépression aiguë peut être guérie à 80 % même si certains patients gardent des symptômes résiduels comme le trouble du sommeil, de l’anxiété, une faible estime de soi et la présence d’idées dépressives.